Comment j’ai tricoté mon premier pull ?

Avec le premier pull que j’ai tricoté pour moi, j’ai choisi la difficulté avec un point sur 9 rangs et beaucoup de jetés.

En revanche, sur l’envers, que des points à l’envers. Je me suis tout d’abord tester sur un seul dessin en montant une petite écharpe pour ma fille. Et déjà j’ai cru ne jamais y arriver ! Je me démoralisais un peu en me disant que ce serait l’enfer au moment où je devrais enchainer les dessins sur un seul rang….

Une astuce de Joséphine est de re-écrire sur le cahier l’enchainement des points. En essayant au maximum de faire tenir sur une seule ligne cahque rang de points. Il est effectivement plus simple de se relire et de suivre ses propres indications.

En revanche la bonne nouvelle, est qu’il est beaucoup plus facile de compter ses rangs et de se repérer dans son ouvrage : en comptant tout simplement le nombre de dessins.

Pour corser un peu l’affaire, j’avais commandé via Internet ma laine. Il s’est avéré qu’elle était compliquée à tricoter : elle était « poilue » et  il y avait un fil « fantaisie » brillant dans les brins. Et celui-ci passait son temps à s’entortiller sur lui-même. Pour limiter le problème, j’ai pris la pelote non pas par le bout que l’on va chercher au centre de la pelote mais par celui qui est à l’extérieur. Moins enrouler sur lui-même, ce dernier avait moins tendance à faire des nœuds.

Je l’ai commencé en été et je l’ai fini pour l’automne. Autant vous dire que je n’étais pas peu fière lorsque je l’ai montré sur moi pour la première fois. Et puis j’ai eu mon petit effet auprès des copines. C’est tout de même super sympas de porter une pièce que l’on a faite soi-même.

Je trouvais le modèle trop long. Alors j’ai raccourci le buste pour qu’il arrive juste au-dessus de la ceinture de mon jean.  Ca tombait impeccable. Le seul point est que j’ai oublié d’utiliser des aiguilles d’un diamètre plus petit pour tricoter les côtes. Dommage, cela aurait affiner le rendu du pull. C’est une des astuces de Joséphine. Mais attention les côtes finis, il faut basculer sur les aiguilles plus grandes. Un grand classique : je continue gaiement avec mes aiguilles plus petites…. Sic, il faut recommencer.

 

Comme dirait mon mentor : « Faire et défaire, c’est toujours faire ». Il est sûr qu’en tricot cette devise est largement utilisée.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s